La versification (définition)

© Virginie Roublique

Ça y est! Vous avez l’inspiration, la fameuse! Une muse souffle des mots à vos oreilles et des émotions ne demandent qu’à s’exprimer… Et soudain, dans un élan de courage, ou d’inconscience (?), vous décidez d’écrire une poésie dans les « règles de l’art »: de vous essayer à la versification. Par expérience je vous dirais que cet exercice coupe de nombreux élans lyriques dans leur lancée, et que n’est pas Baudelaire qui veut. Tant mieux, sans doute, chaque poète demeure ainsi unique!

Si d’aventure vous tenez donc à respecter cette versification française (que vous soyez de ceux qui écrivent directement selon les règles ou de celles qui jettent les mots comme ils s’écrivent dans leur tête avant d’essayer de les retravailler pour les faire tenir dans le carcan de ces fameuses règles) cet article est fait pour vous, enfin… la série d’articles qu’il me faudra pour en faire le tour! De simples pense-bêtes pour rappeler les bases de la versification. La versification française, je précise, une fois encore.

D’abord, pour ce premier article, qu’est-ce que cette bête étrange cachée derrière ce mot « versification », bien moins beau que ceux qu’il encadre généralement?

Et bien… La versification est l’ensemble des règles d’écriture en vers, l’ensemble des techniques utilisées pour écrire un poème. Brouh… Parler de « techniques » quand on parle de poésie, ça me hérisse. Disons que c’est comme tout, il faut un cadre pour pouvoir en sortir! Des règles, des techniques donc, censées aider à comprendre la construction du poème et donc son sens. Ce n’est pas parce que l’on suit ces techniques que l’on obtient un résultat poétique, non! C’est la beauté des arts, tous ont leurs règles et techniques que chacun peut apprendre, mais il y faut un petit quelque chose en plus pour en faire une œuvre, quelque chose qui aurait à voir avec le talent peut-être? Ou juste la passion? Mais nous en reparlerons, vaste sujet là aussi!

La poésie est un art. Au travers de ses mots, le poète, au-delà d’exprimer ses émotions, s’efforce de toucher le lecteur, d’éveiller sa sensibilité, son imagination, de faire naitre en lui une émotion. Le poète partage son émotion à travers ses vers pour la faire vivre à son lecteur. Ce partage d’émotion peut se faire par la prose, la chanson, la musique, la peinture, les photos, les images, toute sorte d’expression créative. Mais dans le cas qui nous intéresse dans cet article, le poète va utiliser la versification pour travailler la forme de sa création et, à travers cette forme, sa musicalité, les métaphores employées, il touchera (ou pas…) le lecteur.

Jusqu’au XIXème siècle, la poésie est demeurée fortement codifiée. Et puis des poètes sortant des cadres, tel Rimbaud, sont passés par là. Et, fort heureusement, aujourd’hui, la poésie est libre. La versification aide à donner une forme, une musicalité, mais rien n’oblige à versifier ses poèmes. Et de petites perles emplies d’émotion et qui nous touchent profondément peuvent naitre sous une forme plus… sauvage?!

Maintenant, si vous tenez à les versifier, libre à vous. Vous serez alors intéressés par la structure des vers, les rimes, les effets sonores, les effets rythmiques et l’agencement en strophes, bref, les différentes règles de la versification que je viendrai vous rappeler sous peu! En attendant écoutez  les muses, il suffit de faire un peu de silence en soi et on les entend chuchoter…

9 réflexions au sujet de « La versification (définition) »

  1. Ping : La versification (rimes et strophes) - Une Plume & Une Voix

  2. Une douche autonome, pourquoi pas !!! J’adore la technologie et je trouve la domotique de plus en plus extraordinaire et performante. Les maisons intelligentes qui obéissent à la voix, les aspirateurs robotisés, les fenêtres ou les murs qui projettent des images, les maisons orientables et écologiques……. Bref, je trouve cela très positif ! Pourvu qu’il n’y ait pas de panne de courant électrique 🙂 et qu’on finisse par trouver une énergie moins dangereuse que le nucléaire. Pourvu également qu’on n’en oublie pas que nous ne sommes pas des robots et que ce gain de temps technologique soit utilisé à très bon escient pour encore plus de partage avec les autres ou bien pour faire plus ample connaissance avec soi-même.
    Cela dit j’ai déjà vécu sans douche et sans eau chaude et je m’adaptait. C’est ensuite qu’on apprécie toutes ces petites (ou grandes) facilités qui font notre confort d’aujourd’hui. Mais on peut aussi très bien vivre très heureux sans…..

  3. Ping : La versification (structure des vers) - Une Plume & Une Voix

  4. …………. » réfractaire » : tu résistes ! Tu refuses d’obéir, de te soumettre ! Élément subversif quoi ! ! 🙂
    Et comment feras-tu lorsque on ne trouvera plus de stylo plume sur le marché mondial ? Ou bien que toutes les voitures et douches seront autonomes ? 🙂
    Bon, c’est pas grave. Vu les prédictions de certains pour les temps à venir, peut-être que le seau d’eau puisé à la rivière, la plume d’oie et la charrette vont revenir à la mode………. Donc finalement, on pourrait dire que tu es presque en avance sur ton temps !! 🙂

    • Jusqu’ici tout va bien, mon stylo plume a plus de 20 ans et me sert encore chaque soir! J’avoue que j’en prends soin et ne laisse personne l’approcher. C’est que des artefacts comme celui-ci, ça ne court pas les rues! Il a écrit presque tous mes cours de collège, lycée, fac, école d’ingénieur, des pages et des pages de pensées intimes et a passé avec moi tous les examens où il fallait écrire une copie…
      La charrette? Ça me plairait bien! Et toi, tu te vois dans une douche autonome?!!!

  5. Mmh… Je doute d’être cliente de ces voitures et douches, soit qu’elles arriveront trop tard, soit que réfractaire je mettrai trop de temps à les adopter (j’en veux pour preuve que jusqu’à ce mois-ci j’avais résisté à avoir un smartphone, que j’écris toujours mes notes quotidiennes au stylo plume dans un cahier et que j’ai un agenda papier plutôt qu’électronique!).
    Pour la voiture j’ai cependant une astuce: un dictaphone toujours prêt dans le sac à main!

  6. Pas de souci : bientôt existeront des voitures sans chauffeur ainsi que des douches intelligentes qui entendront et noteront les inspirations exprimées des poétesses (des poètes aussi hein !). La technologie automobile et la domotique sont évidemment au service des muses….. c’est tellement évident ! 🙂

  7. C’est pas si facile de faire le silence en soi. D’autant plus que lorsque les muses s’amusent, parfois, l’âme muse…….. 🙂

    • Pas si facile mais tellement efficace! Et c’est justement quand l’âme muse que les mots naissent des images qu’elle dévoile… Le souci, dans mon cas, c’est qu’elle muse souvent au volant de la voiture ou sous la douche, pas le meilleur endroit pour pouvoir fixer les mots en questions! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.