Persévérance

Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

Aller, il est temps, je vous en ai déjà parlé, le voici, l’article sur une technique d’écriture indispensable à tout écrivain (et je suppose dans beaucoup d’autres métiers/passions !) : la persévérance.

Elle revient dans toutes mes lectures sur le thème de l’écriture et au détour de certaines pages de réseaux sociaux consacrée au sujet qui me nous préoccupe. Elle envahit l’espace et me fait inlassablement repenser à … la procrastination ! Laquelle, vous le savez, peut avoir des sources diverses et variées, mais ce n’est pas le thème du jour. Éviter la procrastination et faire preuve de persévérance donc. C’est un des exercices que nous pratiquons depuis un an avec Une Voix, en veillant à venir régulièrement remplir ces pages.

Avant d’extraire de mes sources, notablement d’Écriture, mémoires d’un métier, quelques citations liées à la-dite persévérance, je suis allée m’intéresser à sa définition. Monsieur le dictionnaire (en ligne pour une fois) m’informe gentiment qu’il s’agit de « l’action de persévérer ». Merci monsieur le dictionnaire, ça je m’en doutais… Je ne sais pas vous, mais c’est le genre de définition qui ne me plait pas ! En poussant la chansonnette un peu plus loin voilà ce que j’ai trouvé de plus précis :

Persévérance : qualité de celui qui demeure ferme dans une résolution / qualité morale qui consiste à poursuivre une tâche.

C’est déjà plus précis, on y trouve la notion de résolution, de tâche et on apprend que la persévérance est une qualité. Innée ou acquise, ça je n’en sais rien… En tout cas nous savons maintenant que pour écrire et être lu/publié nous devons en avoir la résolution, demeurer ferme dans celle-ci et poursuivre sans faiblir la tâche :

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

Nicolas Boileau, L’Art poétique, 1674 ! Mon conseil n’est décidément pas tout neuf…

Aucune prétention d’exhaustivité ici, juste l’évocation de cette qualité nécessaire entre autres pour trois points, que j’illustrerai par les phrases de Stephen King :

1/ Persévérez à pratiquer, à écrire inlassablement (corolaire de la discipline dont je vous entretiendrai dans un prochain article).

J’ai compris que le fait d’arrêter la rédaction d’un texte simplement parce que c’est difficile, sur le plan affectif ou sur celui de l’imagination, est une mauvaise idée. Il faut parfois continuer même quand on n’en a pas envie, et il arrive qu’on fasse du bon boulot alors qu’on a l’impression d’être là, à pelleter bêtement de la merde, le cul sur une chaise.

2/ Persévérez à croire, croire encore, malgré les refus. Avant de savoir marcher, nous tombons et nous relevons des tas de fois ! Harry Potter ne serait pas le livre avec lequel nos enfants apprennent à lire leur premier roman si son auteur n’avait pas persévéré à envoyer son manuscrit malgré les refus ! De même pour Stephen King, c’est la persévérance qui l’a conduit après des années au succès que nous lui connaissons.

Vers quatorze ans […] il n’ y avait plus assez de place sur mon clou pour toutes les lettres de refus que j’avais empalées dessus. Je remplaçai le clou par un autre, plus long, et continuai d’écrire.

3/ Persévérez malgré l’avis de vos détracteurs. N’écoutez pas ceux qui vous découragent. Les seuls habilités à « juger » sont les professionnels du métier, et encore, avec tout ce que cela peut avoir de subjectif dans un domaine comme l’écriture. Un ami bien intentionné peut vouloir vous éviter une déception en tempérant votre enthousiasme, en fait il met à l’épreuve votre persévérance… Un écrivain a plus besoin de gens qui croient en lui que de personnes qui le freinent, enfin, ce n’est que mon humble avis !

Si jamais vous écrivez (ou peignez ou dansez ou sculptez ou chantez, peu importe), il y aura toujours quelqu’un pour essayer de vous faire croire que vous êtes un minable, c’est tout.

Alors bien sûr je prends les choses dans le désordre, car avant de persévérer il y a une étape indispensable: se lancer. Là encore, je vous consacrerai un article entier sur le thème tant il me semble lui aussi central (même si Une Voix a déjà partiellement défloré le sujet) !

Il y a quelques temps une longue tirade, attribuée à Robin Hobb (je dis attribuée car je n’ai pas réussi à vérifier la source), m’a attiré l’œil et parlé au cœur. Elle parle de la persévérance et de se lancer et surtout d’une de ces excuses derrière lesquelles on se cache :

N’écoutez pas ceux qui vous disent que très peu d’auteurs sont publiés et que vous n’en ferez pas partie. N’écoutez pas les amis qui vous disent que vous êtes meilleurs que Tolkien et que vous n’avez donc plus rien à prouver. Continuez d’écrire, gardez foi dans l’idée que vous avez des histoires uniques à raconter, et racontez-les.

Je rencontre beaucoup de gens qui « vont se mettre à écrire un jour ». Quand ils auront fini l’université, quand le mariage sera passé, quand les enfants auront grandi, ou à la retraite… C’est un tel piège… Vous n’aurez jamais davantage de temps libre qu’aujourd’hui.

Alors que vous ayez 12 ans ou 70, vous devriez vous asseoir aujourd’hui et commencer à écrire, si c’est ce que vous voulez faire. Il se peut que vous ayez à prendre des notes sur un calepin tandis que les enfants jouent au square, ou quand vous serez dans votre voiture, ou dans un café, à la pause. C’est ok. Nous avons tous fait ça. Et tout commence quand on se met à écrire.”

Plus court et prosaïque, Stephen nous fait la même invitation :

Si Dieu vous a accordé un certain talent pour faire quelque chose, pourquoi ne pas le faire, au nom du ciel ?

Allons-y !

 

Image courtesy of Stuart Miles / FreeDigitalPhotos.net

5 réflexions au sujet de « Persévérance »

  1. Juste comme ça, histoire d’amener le débat sur une voie légèrement « contradictoire » (et humoristique), je citerais Ambrose Bierce qui, dans le « Le Dictionnaire du Diable » donne cette définition du mot :
    « Persévérance. Humble vertu qui permet aux médiocres de parvenir à un succès peu glorieux. » (« Perseverance – a lowly virtue whereby mediocrity achieves an inglorious success. »)……………. 😀
    Bon, il est certain qu’ Ambrose Bierce n’aura finalement pas marqué beaucoup par sa renommée mais sa vision satirique du monde (sans doute due à son expérience terrible de la « Guerre de Sécession ») me parait quand même digne d’intérêt et de réflexion bien que j’adhère complètement à l’idée de « persévérance », pourvu que ce soit avec un maximum d’humour et qu’on ne finisse pas, en voulant trop se forcer à cette qualité, par y laisser sa peau. Bien que nous finirons toutes et tous par parvenir à cela, persévérants ou pas…… 😀

  2. Ping : Léthé - Une Plume & Une Voix

  3. Ping : Si... - Une Plume & Une Voix

  4. Ping : L'envie - Une Plume & Une Voix

  5. Ping : Le coup de la panne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *