Écriture Mémoires d’un métier

Ecriture - Stephen KingNon, je n’ai pas encore la prétention de vous abreuver de mes mémoires d’écrivain. Pour cela il faudrait que mes écrits soient plus publics. Pour cela il faudrait que j’écrive toutes les histoires qui se sont jouées dans ma tête… Ce sont des mémoires d’un auteur vivant de sa plume, donc exerçant « vraiment » le métier, dont il est question aujourd’hui !

Voici un livre que j’ai lu deux fois. J’ai beau savoir que je n’aurai pas assez de toute ma vie pour lire tout ce qu’il y a à lire, il est ainsi certains livres que j’ai lu deux fois, voire plus.

« Écriture Mémoires d’un métier », traduction française de  « On writing a memoir of the craft » de Stephen King, est le premier livre sur l’art d’écrire que je parcoure. Une première fois d’une traite, dans le « bon ordre », il y a plus d’un an maintenant, alors que ce site était déjà un projet mais qui dormait encore. Une deuxième fois aujourd’hui, où il remplit les fonctions que je lui avais confiées : me donner du grain à moudre pour des articles et, surtout, me donner les conseils d’un écrivain connu. Il est allé au-delà de mes espérances puisqu’il m’a de plus divertie ! Quoi de plus logique qu’avant de me plonger dans d’autres guides dits « de l’écrivain », je sois allée vers celui d’un des auteurs qui bercèrent mon adolescence ? Et comme il ne me semble pas qu’Émile Zola ait laissé un guide ou des mémoires de ce genre…

Alors voilà, si le cœur vous en dit, si vous cherchez des conseils pour écrire, un retour d’expérience sur une vie d’écrivain, lisez-le, il vaut le temps que vous y passerez !

Sous sa forme non digérée par mes soins, le livre se divise en quatre parties principales. Une centaine de pages nous donnent le curriculum vitae de M. King. Il enchaîne par une courte partie de trente quatre pages nous présentant la « boite à outils » de l’écrivain. Puis viens le cœur du sujet, celui où il m’est bien difficile de trier, couper, choisir : plus d’une centaine de pages (à nouveau) sur l’écriture en elle-même. Enfin il conclut en un chapitre qui parle de la vie, lui qui durant l’écriture de ce livre a réchappé d’un accident qui aurait pu être mortel.

Pour ma part je m’apprête à en tirer la substantifique moelle pour venir vous en repaître dans mes prochains articles : un conseil majeur, des recommandations, des petits trucs, un plan d’action, une boite à outils et même un exercice d’écriture ! Si la forme n’est pas encore tout à fait définie (même si je vois se dessiner au bas mot quatre articles pour quatre sujets majeurs, plus l’article de l’exercice), le fond est bien là et la maturation est en cours. En guise de teaser (oui, ok, je sais, ce n’est pas le mot le plus représentatif de notre belle langue française !), voici deux citations de ce livre et deux premiers conseils :

« J’aime bien écrire à la main, en réalité : le seul problème est que, lorsque je suis lancé, je n’arrive pas à suivre le rythme auquel naissent les phrases dans ma tête, et ça devient éreintant. »

Ah Monsieur King ! Comme je vous comprends… Comme j’aime moi aussi écrire à la main, entendre ce léger grattement sur le papier et sentir la sensualité de la plume qui court sous mes doigts ! Qui court certes, mais toujours trop lentement, réfrénant ma muse, crispant mes muscles digitaux et me laissant parfois frustrée et pantelante. Mais ma frappe au clavier est elle aussi trop lente, trop lourde, empotée, bien que certains l’envient ! Le seul moyen de suivre ma pensée est d’enregistrer mes mots. Et puis il y a ces phrases qui naissent dans nos têtes aux moments les plus impromptus et qu’on ne sait comment retenir. Alors si je peux me permettre un conseil aux écrivains, non tiré du livre pour le coup : ayez toujours avec vous un dictaphone. En plus de nos jours plus besoin de s’encombrer de ces petites cassettes où on case à grand peine une heure de palabres !

« Lire vous apprendra comment ne pas trop en faire, écrire, comment faire. On ne peut apprendre que par la pratique. »

Apprendre par la pratique… Cela résume assez bien ce que j’ai retenu d’une année d’études sur l’apprentissage humain. Alors oui, si vous voulez écrire il n’y a pas de secret : écrivez et lisez. Je peux vous donner des livres à lire tel que celui-ci, et je le ferai. Je peux vous en extraire des conseils, des trucs, des astuces, et je le ferai. Vous pouvez les lire, les relire, les apprendre par coeur, si vous le voulez. Mais si vous ne les mettez pas en pratique, si vous n’écrivez pas, ils sont inutiles. Et ça, je ne peux pas le faire pour vous.

3 réflexions au sujet de « Écriture Mémoires d’un métier »

  1. Ping : Persévérance - Une Plume & Une Voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *