Réminiscence

Voici un premier exemple d’écrit poétique. Il ne respecte pas les règles de la versification (que nous évoquerons dans un futur article). Typiquement le nombre de pieds des alexandrins n’est respecté ici que si l’on considère certains « e » comme muets alors qu’ils ne le sont théoriquement pas, car suivis par des consonnes.  L’alternance entre rimes féminines (qui se terminent par un « e » muet) et masculines (qui se terminent par une syllabe accentuée) n’est, elle non plus, pas mise en œuvre. Quant à la césure en deux hémistiches (et là vous lirez l’article si vous ignorez de quoi il s’agit!), il me semble qu’un vers au moins ne la respecte pas…

Aller j’avoue, je ne pense pas qu’un seul de la soixantaine de poèmes que j’ai écrits (et conservés) respecte les règles de la versification! Mais heureusement, si la poésie est un art qui s’efforce de toucher la sensibilité du lecteur, comme son imagination, essentiellement par un travail sur la forme (musicalité, métaphores…), elle n’est pas obligatoirement versifiée selon les règles de l’art.

© http://www.rougerune.com/

Je laisse glisser ma plume en un envol léger
Afin que se faisant elle rencontre ton âme
Qu’elle aille à ton oreille doucement chuchoter
Milles et une paroles et une si grande flamme

Te dire ce qui fût nous, croire en ce qu’on sera
Te faire le récit d’une passion improbable
Magnifique enfant qui d’un rien nous déchira
Nous lançant en avant en un rythme implacable

Quel doux temps que celui du repos, et pourtant…
Ô ! Je songe encore et rêve à nos déchirures
Et souhaite à nouveau en sentir la morsure

Au fil de ma route, de ce chemin impatient
Je me retourne parfois du côté de ces jours
Et viens te murmurer à jamais : « Mon amour ».

Une Plume – 25 Août 2002.

Merci à Rougerune pour la plume qui illustre ce poème.

3 réflexions sur « Réminiscence »

  1. Bien joli poème d’amour.
    Ah ! : la souffrance d’aimer à s’en déchirer et le désir d’en reprendre encore un peu……… Un peu comme ces gâteaux dont on sait qu’ils font grossir mais dont on ne peut se passer d’en manger encore et encore…… 🙂
    Pour la « césure en deux hémistiches », ça doit quand même faire un peu mal un truc pareil, non ? …………………….. 🙂

    • Comme un brin de dépendance affective!
      Pour la césure, t’inquiètes ce n’est pas douloureux, et c’est un bon teaser pour le prochain article! 😉

  2. Ping : Une plume se présente » » Une Plume & Une Voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.