Bon courage ! Ou pas.

Bon courage !

Dimanche. J’appelle une amie pour prendre quelques nouvelles, la conversation se termine invariablement par « Bon courage pour ta semaine ». Euh… merci. Je te souhaite une très belle semaine !
Lundi. Mon patron m’envoie un mail en me demandant d’effectuer une tâche, tâche qui m’incombe de surcroit. Il achève son mail par « Bon courage ! ». Mais chef, c’est mon boulot. Et en plus j’aime mon travail, je t’assure. Bonne journée, chef !
Mardi. Je pars en déplacement professionnel. Au moment où je passe la porte, mon compagnon me lance un « Bon courage pour la route ! ». C’est gentil… un « Bonne route ! » aurait suffit, non ?
Mercredi… Dois-je continuer ?

Vous avez certainement compris où je voulais en venir. Nous vivons une époque tellement difficile, qu’il nous faut du courage pour tout. Du courage pour nous lever le matin, pour faire le métier pour lequel on est payé, pour affronter le mauvais temps, faire sa déclaration d’impôts, les courses, la lessive,… Stop !!!
Pourquoi pas du courage aussi pour sortir boire un verre avec des amis, pratiquer mes loisirs, faire la sieste ?

S’il me faut du courage pour vivre au quotidien, la vie que j’ai choisie et que je choisis chaque jour, que me souhaiterez-vous quand j’aurai à affronter une épreuve, une perte, un échec ?

Surtout que du courage, j’en ai plein, moi ! Je n’ai pas besoin qu’on m’en souhaite. Alors s’il vous plait, souhaitez moi de bonnes journées, de belles rencontres, des matins colorés, des soirées douces, des nuits noires (ou blanches). Souhaitez moi de la joie, du bonheur, la paix ou l’amour… Éventuellement de la chance, mais pas du courage, hein, d’accord ?

D’ailleurs c’est amusant, quand on traduit « Bon courage » en anglais, ça donne « Good luck » ce qui veut dire aussi « Bonne chance ». La chance c’est finalement mieux que le courage, vous ne trouvez-pas ?

Il parait que les mots que nous utilisons nous transforment. Ils montrent notre perception de la vie et nous transforment dans ce sens. Qu’en penses-tu, cher lecteur ?
Penses-tu qu’en t’habituant à utiliser des mots jolis et positifs, des tournures optimistes et des expressions joyeuses, tu peux infléchir ta façon de voir la vie et donc de la vivre ?

C’était la minute de réflexion philosophique. Revenons à nos moutons et à nos lectures. J’ai aperçu qu’il existe un livre qui porte ce titre Ne me dites plus jamais bon courage !. Je suis rassurée de ne pas être la seule à lutter contre ces expressions toutes faites du quotidien et je m’en vais de ce pas lire ce petit bouquin. Je vous en reparle bientôt !

D’ici là, bon… mois de Novembre à tous !