Rythmer un texte

RhythmLes vers qui n’ont pas tous le même nombre de pieds, on connait tous cela – tous ceux qui écrivent des textes ou des poèmes s’entend.

Aie, comment allons-nous faire ? Je ne vais pas vous donner ici un éclairage littéraire. Je vous l’ai déjà expliqué, la littéraire c’est Une Plume et d’ailleurs, elle vous a déjà donné beaucoup d’éléments théoriques sur le nombre de pieds des vers. Je vais donc plutôt vous donner quelques « trucs » de saltimbanque des mots.

La première manière d’écrire (ou d’adapter) un texte pour en faire une chanson, c’est tout d’abord… de s’aider d’une chanson existante. Eh oui, quoi de plus simple pour vérifier qu’un texte est chantant, que de le chanter ? Puisque nous ne savons pas encore bien comment écrire une ligne de chant, nous allons en utiliser une qui existe et dont nous savons qu’elle fonctionne. Ça vous parait « bidon » comme astuce ? Peut-être… Mais personnellement, c’est comme ça que j’ai écrit mes premières chansons.

Cette chanson va nous servir de patron pour calquer nos vers et pourquoi pas de modèle pour travailler la structure plus globale de notre propre chanson.

Choisissons donc une chanson qui nous plait. Pour l’exemple, je choisis un classique de Francis Cabrel, « Je l’aime à mourir », puis essaierai de calquer un texte de mon cru sur sa ligne mélodique.

Là où Cabrel chante : « Moi-je-n’é-tais-rien-et-voi-la-qu’au-jour-d’hui… »

Une Voix écrit : « Ce n’est pas mon nom mais le tien que j’écris »

Le fait de calquer mon vers sur la mélodie de « Je l’aime à mourir » me permet de décider de prononcer « Ce n’est pas mon nom » et non « C’n’est pas mon nom » comme me l’autoriserait la licence musicale. Si vous essayez de chanter cette seconde variante sur la mélodie, vous entendrez tout de suite que ça ne « colle » pas.

Continuons…

Cabrel : « Je suis le gardien du sommeil de ses nuits »

Une Voix : « Il commence par Ma- et il finit par -rie »

Cabrel : « Je l’aime à mourir »

Une Voix : « Petite Marie »

Ça, c’était encore pour voir si vous suiviez, car c’est très important pour moi d’être sûre que vous avez bien suivi. Si c’est le cas, vous aurez remarqué que non seulement les mots écrits se chantent parfaitement sur la mélodie de Cabrel, mais également les sonorités ressemblent à celles de Cabrel (en moins joli, certes). Cela parce que j’ai écrit mon texte spécialement pour la mélodie de Cabrel. Cet effet « mimétisme » va nous aider à rendre nos textes musicaux mais peut également trop nous influencer leur faisant perdre un peu de leur spontanéité. Il peut être judicieux de commencer par écrire un texte puis de l’adapter à la mélodie.

Comme je le disais un peu plus haut, nous pouvons en profiter pour étudier la structure de la chanson « modèle » et essayer de travailler notre texte de la même manière. Pour « Je l’aime à mourir », la structure est la suivante :

Couplet 1

Couplet 2

Refrain

Couplet 3

Couplet 4

Refrain

Couplet 1

Il ne nous reste plus qu’à écrire ou adapter notre texte pour qu’il prenne la même structure. Bien entendu, et même si cela me parait évident au moment ou j’écris cet article, je précise qu’il ne faut pas vouloir adapter absolument un texte sur une mélodie existante.

L’important sera de trouver la bonne chanson, celle qui « sonne » comme vous le souhaitez et surtout celle qui convient à votre texte.

Je vous en ai assez dit. Maintenant, à vous de jouer !

3 réflexions sur « Rythmer un texte »

  1. Ping : Bonne année 2014 ! - Une Plume & Une Voix

  2. Ping : Rythmer un texte (2ème partie) - Une Plume & Une Voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.