On ne dit jamais assez…

Balade Il y a tant de choses que l’on ne dit pas assez ou que l’on dit trop, au contraire, oublieux que nous sommes du pouvoir des mots. Que celui qui n’a jamais senti son humeur changer suite à une parole me contredise le premier !!! Nous oublions de dire merci, nous évitons de demander explicitement, nous omettons d’exprimer le compliment qui nous est pourtant spontanément venu à l’esprit, nous noyons dans un flot de paroles l’information première que nous n’osons souligner de peur de, de quoi d’ailleurs ? Au contraire, nous n’hésitons pas à blâmer, à récriminer, à râler, à nous plaindre, à invectiver, à commérer, à vilipender, à commenter, à bafouer, à enrager, à pester…

Je pourrais m’appesantir sur un certain nombre de ces choses que l’on dit trop, mais justement parce qu’on les dit trop je préfère les ignorer et les passer sous silence.

Je pourrais développer une liste de petites (et grandes) choses que l’on ne dit pas assez, que l’on garde pour soi plutôt que de les exprimer ou que l’on ignore tout simplement, pris dans le quotidien ; mais en ces temps de Noël et parce que j’ai eu la chance que deux personnes proches me le rappellent sur un court laps de temps, je préfère me concentrer sur une seule chose que l’on ne dit pas assez :  « je t’aime » !

Et parce que ce blog est consacré aux mots et à la musique, parce que des chanteurs ont très bien exprimé cette idée bien avant ma modeste contribution en ces lignes, je vous invite à écouter Louis Chedid qui nous rappelle que l’on ne dit jamais assez au gens qu’on aime qu’on les aime (pour ceux qui adorent ça, qui s’ennuient, dont c’est le métier ou autre, vous pouvez vous amuser à analyser la chanson, Une Voix nous a donné des clés pour cela, pour cette fois je préfère la vivre tout simplement !).

Je vous propose bien sûr de mettre tout de suite en application l’idée sous-jacente et d’exprimer votre amour à ceux auxquels vous tenez. Et pas que à ceux pour qui c’est « facile » de le faire, non justement, aussi aux autres… Notez, je ne prétends pas y arriver moi-même.


LOUIS CHEDID – On ne dit jamais assez aux gens…

Ces parents, ces amis
Ces femmes qu’on affectionne
Avec lesquels on dort, on dîne
On parle au téléphone
Souvent, quand nos regards se croisent
Y’ a comme une chaleur
Mais de là à en faire des phrases
Trop de pudeur, trop de pudeur

{Refrain:}
On ne dit jamais assez
Aux gens qu’on aime
Par peur de les gêner
Qu’on les aime
On leur dit jamais assez
Que sans eux, sans elles
On serait même pas la moitié
De nous-mêmes

Avant de nous dire au revoir
De marcher à l’ombre
Avant que sur notre histoire
Le rideau tombe
J’ veux déclarer à tout ce petit monde
Qui m’entoure
La vie, la vie serait d’un sombre
Sans vous autour, vous tous autour

{Refrain}

Qu’y a-t-il de plus important
La raison ou les sentiments ?
On ne dit jamais assez
Aux gens qu’on aime
On leur dit jamais assez
Qu’on les aime

Je vous aime !

 

2 réflexions au sujet de « On ne dit jamais assez… »

  1. C’est tout à fait vrai. Louis Chédid sait souvent nous toucher avec des textes toujours simples et tellement parlants.

    Il me semble cependant que, pour pouvoir aimer (ou savoir aimer) et le dire sincèrement, on se doit de commencer par s’aimer soi-même. S’aimer non pas dans le sens le plus égoïste (ou égotiste) du terme, mais bien dans le sens de cette connexion à cette énergie d’amour capable de transcender toutes nos peurs, nos angoisses et toutes nos culpabilités et qui, en nous permettant de lâcher-prise sur ce que nous ne sommes pas réellement, nous permettra de pouvoir partager cet amour avec ceux qu’on apprécie et même, pourquoi pas (soyons fous !) avec ceux que nous trouvons moins « fréquentables ». Nous pourrons alors dire « je t’aime » simplement, sans pudeur excessive et sans blocage sociétal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *