Ecoutez La délicatesse

Voila c’est fait. Je l’ai lu. J’avais dit que j’attendrais la sortie de l’audio-livre mais finalement, je l’ai lu avant. Ou plutôt en même temps car l’enregistrement de l’audio livre a été terminé le jour même où j’ai lu la dernière ligne de La Délicatesse de David Foenkinos.

J’ai beaucoup aimé lire La Délicatesse. C’est une roman divertissant, amusant et touchant. Même si le scénario n’est pas des plus originaux, la manière dont il est traité le rend attrayant et j’ai passé un bon moment en le lisant.

Contrairement au public à qui cet audio-livre est dédié, j’ai la chance d’avoir encore de bons yeux et de pouvoir bouquiner sous ma couette à la lueur de ma lampe de chevet sans avoir besoin que l’on me fasse la lecture. Et je crois que l’un de mes plus grands plaisirs de lectrice de roman est de m’imaginer les personnages, les lieux les voix… C’est sans doute aussi pour cela que je préfère toujours la compagnie d’un bon livre à celle d’un bon film.

D’ailleurs, pendant cette lecture, j’ai vécu une expérience surprenante. Rien de bien extraordinaire, juste une sensation curieuse que je vais tenter de vous décrire.

Mais revenons en arrière, au moment où j’ai décidé de participer à l’enregistrement de l’audio-livre, c’est à dire, si vous avez bien suivi, avant d’avoir lu La Délicatesse. J’avais choisi, sur le site de l’audio-livre, un passage à enregistrer et m’étais préparée à l’enregistrement. J’avais donc « répété » cette lecture, un peu comme on répète une pièce de théâtre ou un morceau de musique à interpréter en public. A ce moment, je ne connaissais pas l’histoire et l’extrait ainsi sorti de son contexte, m’avait intriguée. Je m’étais inventée, comme j’aime à le faire, des circonstances imaginaires qui auraient pu donner lieu à cette scène, à ce dialogue.

Puis j’ai lu le roman et l’histoire s’est installée ainsi que les paysages, les personnages, l’atmosphère. Après les premiers chapitres, j’avais oublié la scène enregistrée et la joyeuse divagation de mon esprit à ce sujet. Au moment où j’ai rencontré le dit-passage, les deux contextes – celui du livre et celui que je m’étais imaginé au préalable – se sont télescopés en un mélange un peu surnaturel. C’était une scène connue dans un environnement nouveau, une impression de déjà vu, un beug dans la matrice ! Mais il me semble que je m’égare, là…

Et si j’écoute à présent l’audio-livre, les voix, les intonations et l’intention qu’auront mis les lecteurs dans l’enregistrement vont-ils me procurer encore d’autres impressions, surexposant d’autres images à celles de ma première lecture ?

Qu’en pensez-vous ?

Votre voix pour la Délicatesse

Beaucoup d’entre nous sont lecteurs. Mais combien lisent à haute voix ?

Combien se prêtent au jeu de prononcer tout fort ces mots, absorbés pourtant avec tant de délectation, et de les laisser résonner à leurs oreilles pour le simple plaisir de s’entendre « mettre le ton » ?

Peu sans doute. Aujourd’hui, l’association Valentin Haüy nous en donne l’occasion. Et même que c’est pour la bonne cause ! Pour la troisième année, cette association nous propose de prêter notre voix à l’enregistrement d’un audio livre à destination des personnes mal voyantes.

Elles sont un million trois-cent-mille en France qui souffrent de la perte de leur autonomie ainsi que de la régression de leur participation à la vie sociale et professionnelle. Depuis 120 ans, l’association Valentin Haüy lutte avec et pour les personnes déficientes visuelles afin de les aider à conserver ou à retrouver le plus d’autonomie possible. Production de films en audio-description, promotion de l’accès à la culture, aide à l’accès à l’emploi, voici quelques-unes des actions de cette association.

Après Ensemble c’est tout d’Anna Gavalda en 2010 et Ne le dis à personne… de Harlan Coben en 2011, c’est le roman La Délicatesse de David Foenkinos qui a été sélectionné cette année pour être porté en livre audio grâce à la voix de milliers d’internautes. Vous avez jusqu’au 31 Octobre pour vous inscrire sur le site http://audiosolidaire.avh.asso.fr, choisir votre extrait, l’enregistrer en ligne et participer ainsi à la création d’un formidable patchwork vocal.

En voila une expérience pas banale ! Chaque « lecteur à voix haute » se verra offrir un exemplaire de l’audio-livre finalisé. Personnellement, je suis impatiente d’en entendre le résultat, de me laisser emporter par cette multitude de voix au service de la subtilité et de l’humour de David Foenkinos pour cette histoire d’amour que chacun interprétera à sa façon donnant un peu de son caractère et de sa fantaisie aux personnages du roman.

Pour tout vous dire, La Délicatesse est posé sur ma table de chevet depuis quelques semaines, inscrit sur la liste d’attente de mes lectures du moment. J’attendais le bon moment pour le lire mais finalement je ne le lirai peut-être pas. Et si je vous laissais plutôt me le lire ?

 

Des enfants et des livres

Le festival du livre de Mouans Sartoux 2012, évidemment, nous y étions, Une Plume et moi. Mais c’est vu par des yeux d’enfants que nous souhaitons vous le présenter aujourd’hui. Suivez le guide…

Ou plutôt les guides : je vous présente Eve (bientôt 6 ans) et Lucas (8 ans) qui nous mènent à bonne allure à travers les rues de Mouans Sartoux et les chapiteaux aux ouvrages colorés.

C’est une foule joyeuse de jeunes et de moins jeunes qui fourmille dans la ville au gré des nombreuses animations du festival, profitant du beau temps en ce premier week end d’Octobre. Entre le café littéraire, les conférences sur des thèmes d’actualités et les rencontres avec les auteurs dédicaçant leurs ouvrages, il y en a pour tous les goûts.

Mais vous l’aurez compris, c’est surtout le stand Jeunesse qui nous intéresse et nous nous y rendons d’un bon pas, emboitant le pas à nos deux éclaireurs impatients !

Eve connait bien les lieux : Elle est déjà venue ce vendredi avec sa maîtresse d’école et toute sa classe. Le clou de cette sortie scolaire aura été « d’aller au cinéma mais pas pour regarder un film, pour écouter une histoire ! ». Une histoire de princesse, sans doute, thème indémodable et toujours très présent dans les livres destinés aux petites filles, comme nous pouvons le constater en flânant dans les rayons !

Lucas, lui, aime les monstres et les légendes, les histoires de chevaliers et de dragons et les histoires de sorciers à la Harry Potter. Bon d’accord, Lucas aime à peu près tous les styles de livres. Romans, bandes dessinées, livres à découper, livres de jeux ou de devinettes. Il les dévore à une vitesse folle, obligeant ses parents à le réapprovisionner très souvent !

Ah oui, j’ai peut-être omis de vous dire que Lucas et Eve sont les enfants de notre amie Une Plume. Ceci explique peut-être cela…

Difficile d’ailleurs d’arracher Lucas à certains stands. Il faut dire que certains parmi les auteurs présents, retrouvant leur âme d’enfant, se prennent à rêver tout haut de châteaux forts et de magiciens au milieu d’un auditoire conquis. Qui a dit que les jeunes n’aimaient plus la lecture ?

L’histoire de Gaspard de Besse a par exemple captivé nos jeunes lecteurs.

Sans doute parce que ce héros a réellement existé et qu’il vivait dans notre belle région de Provence au dix-huitième siècle. Ainsi, au fil des tomes, les aventures étonnantes de ce Robin des bois provençal le mènent dans des lieus aux noms évocateurs : le Luc, Sisteron, l’île de Porquerolles…

Ah tiens, là par contre nous traversons un stand presque désert ou en tout cas qui semble avoir beaucoup moins de succès que les autres. Les livres y sont pourtant colorés et attractifs, disposés avec soin. Peut-être les thématiques abordées par cette collection qui tente d’initier les plus jeunes à la philosophie sont-elles trop loin des intérêts enfantins ?

Il faut se rappeler qu’en dehors des rêveries consacrées aux princesses et aux chevaliers, les préoccupations des enfants sont assez terre à terre. Ainsi, malgré l’imagination débordante de nos deux jeunes lecteurs et leur goût pour les livres et les belles histoires, la réalité physique reprend vite le dessus et c’est le goûter qui devient rapidement le souci premier de nos deux guides.

Rien de tel qu’une bonne crêpe et un sirop de grenadine pour retrouver l’énergie de finir la visite!

Lucas et Eve parlent déjà de revenir l’année prochaine. Le rendez-vous est donné pour 2013 !

D’ici là, nous aurons peut-être lu quelques-uns des ouvrages que nous apporte cette rentrée littéraire, dont nous ne vous avons -il est vrai- encore pas du tout parlé. Peut-être même évoquerons nous L’homme à la carrure d’ours de Franck Pavloff qui a remporté le prix des lecteurs du festival du livre de Mouans Sartoux 2012 !

Pour le savoir, un seul moyen : restez assidus !