J’ai trahi

TrahisonJ’ai trahi. Non, pas ma patrie, ni même mes amis. Non, je n’ai pas trompé mon mari. Mes amants non plus. Alors, quoi ?

J’ai trahi le livre de poche. j’ai trahi le beau livre relié. J’ai trahi le livre tout court.

Je me suis procuré un livre plus petit qu’un livre de poche (encore que la taille n’ait pas réellement d’importance). Un livre plus léger qu’un livre relié (la légèreté par contre est vitale !). Un livre avec plus de lignes que n’importe quel livre. Il s’agit d’un livre que je peux lire d’une seule main, calée sous ma couette, sans être obligée de lutter pour le maintenir ouvert sans en abîmer la reliure. Sans être obligée de loucher ou de changer de position pour lire les derniers caractères de la ligne, ceux qui se trouvent juste à l’endroit de la pliure.

Je lis debout, allongée dans mon lit, dans les transports en communs, dans la salle d’attente (non, pas au volant, pas encore). Je lis, j’engouffre, je dévore et ce sans être obligée d’aller à la bibliothèque. Je lis et, comme dirait ma nièce : c’est trop bien ! En fait, je crois que je lis autant pour la volupté causée par l’utilisation de mon nouveau livre, que pour le propos lu. Ce nouveau joujou me comble. Et il s’agit bien d’un livre !

Et oui, en tant que femme moderne, fière indigène d’une époque de technologie… ou victime de la mode high tech, selon le point de vue que l’on décide d’adopter (vous connaissez le mien), j’ai fait l’acquisition d’un livre électronique. Son petit nom c’est Kindle. Ne dites pas que je fais de la pub, il me faut bien être factuelle et précise. Plus je le connais et plus il me séduit. Je lis en pleine lumière sans reflet et dans le noir sans forcer sur mes yeux sensibles (et sans gêner le dormeur à côté de moi). J’ai des lectures d’avance au cas où une insomnie fulgurante et plus longue que prévue (si tant est que mes insomnies soient prévisibles) m’amène à consommer plus que de raison. Vous l’avez compris, je suis conquise.

Je pense qu’il faut que j’aborde un dernier point, technique cette fois, essentiel à la complétude de cet article. J’en profite pour remercier Une Plume pour son étude du dit-sujet. Sachez que mon nouvel inséparable ami (je parle toujours de mon livre électronique), s’il est fait pour un format propriétaire, est aussi capable de me présenter des livres PDF standard et donc tout livre électronique préalablement transformé en PDF. CQFD.

Je vous laisse à présent me donner votre avis et répondre à mon enthousiasme par des remarques sur la perte du plaisir sensuel lié à la manipulation du livre papier. J’entends… mais je vous laisse car mon nouveau compagnon m’attends. Mon livre, hein.