Comment lisez-vous ?

lireComme vous l’avez remarqué, on parle beaucoup de livres sur ce blog. Toutes sortes d’écrits en fait. Une Plume et moi, on aime lire. On a d’ailleurs beaucoup de goûts en commun et on lit souvent un peu les mêmes choses. Pourtant, je me faisais une remarque l’autre jour : on ne lit pas de la même façon.

C’est curieux de dire ça, n’est-ce pas ? Lire c’est lire. Une fois notre cerveau habitué à cet exercice (souvent dès les premières classes de l’école primaire), il fait de lui même et sans que nous ayons besoin de faire le moindre effort, une gymnastique brillante : il déchiffre les lettres, interprète les groupes de lettres en mots et analyse le sens des mots mis bout à bout en forme de phrase. Tout ça, bien souvent sans que nous en ayons conscience. Bien sûr, il est des livres plus faciles à lire que d’autres. Le style joue beaucoup dans la facilité que l’on a à lire un livre : tout d’abord le choix des mots eux mêmes (L’auteur utilise-t-il des mots rares au sens méconnu ?), puis les phrases (les tournures sont elles complexes, torturées, alambiquées ?) et enfin le rythme (l’auteur fait-il des phrases longues, des détours descriptifs ou bien des paragraphes entrecoupés de nombreux dialogues ?).

Mais au delà de cet aspect de facilité de lecture, qui – bien que lié au style et donc à l’écrit lui même – est également propre à chacun en fonction de son aisance et de la richesse de son vocabulaire, il y a différentes manières de lire. Certains lisent en entendant chaque mot dans leur tête. C’est comme s’ils lisaient tout fort… mais en silence. D’autres, au contraire, n’entendent pas les mots mais ont une vision claire de leur signification au fil de la lecture. D’autres enfin pratiquent systématiquement la lecture rapide et vont comprendre et interpréter ce qu’ils ont lus sans forcément avoir parcouru tous les mots.

En parlant de manière de lire, on pourrait évoquer les circonstances dans lesquelles nous lisons. J’adore lire le soir, au fond de mon lit, avant de m’endormir par exemple. Une Plume profite des transports en communs, mais lit dans bien d’autres circonstances. Certains n’apprécient leur roman qu’assis en terrasse d’un café, tandis que d’autres sont simplement indisponibles quand ils ont un livre à la main, qu’ils attendent le train, mangent un sandwich ou marchent dans la rue !

Enfin, il y a autre chose qui me frappe dans les différentes manières de lire. Certains ne peuvent pas se contenter d’écrire, il leur faut prendre des notes ! J’avais remarqué ça assez jeune en empruntant à la bibliothèque, des livres annotés, griffonnés, surlignés. J’avoue que ça me choquait à l’époque et que ça me dépasse toujours un peu. Moi quand je lis… je lis. Avec mes yeux, avec ma tête, avec ma mémoire… mais pas avec un stylo ! Je crois qu’Une Plume, qui respecte trop le support papier du livre pour écrire dessus, prend des notes sur un support séparé. Je comprends l’objectif, mais c’est encore plus difficile pour moi à concevoir.

Bon, je vous dis tout cela parce que ma manière de lire évolue. Comme je vous l’avais dit, je suis passée au livre électronique (je lis encore des livres papier, hein !). Celui-ci permet des choses que ne permettait pas le livre en support classique : chercher dans le dictionnaire (sans avoir besoin de disposer d’un dictionnaire sur sa table de chevet !), surligner, annoter, marquer des pages… le tout sans abîmer le support. Et bien, je crois que je suis en train de changer mes habitudes. Si je ne suis pas encore une fervente utilisatrice du surligneur ou des annotations, j’apprécie les marques pages qui me permettent de revenir rapidement à un passage précédemment consigné. Je commence à utiliser vraiment cette fonctionnalité alors peut-être me mettrais-je bientôt à prendre des notes ?

A présent que vous savez tout de mes habitudes de lectrice, je serais très intéressée de connaître les vôtres. Comment lisez-vous, vous ?